Peter Lambertz

0
93

Chercheur post-doc au sein du programme « La bureaucratisation des sociétés africaines » de l’IHA-CREPOS (Institut historique allemand – Centre de recherche sur les politiques sociales) à Dakar.

Après une candidature (UCL Louvain-la-Neuve) et une licence en Histoire (ULB Bruxelles, section Moyen Age), j’ai obtenu un Master en Global Studies (Erasmus Mundus) aux universités de Leipzig, Stellenbosch et Wroclaw. C’est pendant ce master que j’ai visité la RDC pour la première fois dans le cadre d’un stage de recherche avec le MRAC Tervuren sur la gouvernance environnementale au Bas-Congo (2006). La fascination que j’ai éprouvée pour la ville de Kinshasa m’a poussé à poursuivre des recherches doctorales, notamment sur des mouvements religieux dans cette ville.

Ma thèse, que j’ai défendue le 1er avril 2015 à l’Université de Utrecht (en co-tuelle avec Leipzig), est une recherche ethnographique de « chercheurs » spirituels à Kinshasa à l’exemple de nouveaux mouvements religieux s’inspirant des enseignements du prophète Japonais Mokichi Okada. Il s’agit d’une étude des rapports transnationaux, de la construction du soupçon en milieu urbain, des pratiques florales et de guérison spirituelle, ainsi que de la production culturelle d’un héritage ancestral transnational à travers la pratique d’un « culte des ancêtres » Japonais au Congo. Je viens de retravailler le texte pour la publication, qui est annoncée pour Décembre 2017 sous le titre Seekers and Things. Spiritual movements ‘from Japan’ and aesthetic difference in Kinshasa (Berghahn). Après ma thèse j’ai enseigné pendant un semestre au Philosophat Edith Stein à Kisangani (RDC) (2015-16) et fut chercheur visiteur au Zentrum Moderner Orient à Berlin (2016).

Ma nouvelle recherche porte sur le transport fluvial en RDC, notamment les baleinières en bois, qui sont le résultat d’ingénieurs-artisans Congolais. En même temps je m’intéresse aux pratiques de bureaucratie quotidienne dans le domaine du transport, en interrogeant leur rôle dans la construction de rapports sociaux. Actuellement je suis en train de tester mon approche en étudiant les technologies bureaucratiques des taximen à l’aéroport de Dakar.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here