Historique du CREPOS

Depuis la fin des années 1980, un groupe informel pluridisciplinaire d’universitaires, engagés, effectue des recherches pour corriger ou compléter les connaissances relatives au Sénégal.

Un premier programme de recherches a décrit les péripéties de la construction de l’État, la résistance des populations à sa domination et les enjeux des réformes économiques (1960-1980). Dans le second programme, un groupe d’une dizaine de chercheurs a été constitué. L’État a alors été étudié, du point de vue de sa rationalité propre, par un examen minutieux du contexte social, économique et politique de son développement (1960-1990).

Les logiques sous-jacentes au discours du pouvoir central ont ainsi été mises à nu, ce qui a permis d’élucider deux processus: celui de la construction de l’hégémonie de la classe dirigeante, qui arrive au pouvoir en 1960, et celui des crises d’intégration politique et du déclin économique, noté à la fin des années 1970. Il a également été tenu compte des relations internationales, notamment celles avec les pays voisins.

Avec ces travaux, a été amorcée la rédaction d’une histoire économique et sociale du Sénégal que complète le programme de recherche, intitulé Sénégal 2000, qui a montré les changements intervenus dans les champs politiques, sociaux et économiques, entre 1960 et 2000. Les résultats de Sénégal 2000 ont été proposés dans trois volumes :

  • Le premier constitue une tentative d’écriture d’une histoire intellectuelle, sociale et culturelle du Sénégal.
  • Le deuxième volume met en évidence une partie des contraintes locales et globales qui déterminent les mutations sociales et économiques.
  • Un troisième volume est consacré au fonctionnement et à l’efficacité des institutions publiques ainsi qu’aux conséquences des politiques économiques et sociales.

Pour que les travaux de ce réseau informel de recherche soient mieux valorisés, ses membres ont jugé nécessaire d’étendre leurs activités à des chercheurs plus jeunes et de les recentrer sur les questions liées au développement économique et social. Ils ont alors mis sur pied le Centre de recherche sur les politiques sociales (CREPOS).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here